• 5 questions à éviter de demander aux enfants

     

    5 questions à éviter de demander aux enfantsNous disons que nous voulons que les enfants aient une foi réfléchie, mais nous créons souvent le contraire avec 5 questions pour éviter de poser des questions aux enfants. Une compétence que nous devons améliorer est de poser de bonnes questions. Voici ce que nous demandons souvent: combien de disciples Jésus avait-il? Quels étaient les noms des disciples? Quel disciple était avec Jésus à la croix? À quel disciple Jésus est-il apparu après être ressuscité des morts? 
    Toutes ces questions sont des questions fermées et des rappels de base - ce sont deux types de questions que nous devons éviter.

     

    Imaginez plutôt poser ces questions: pourquoi pensez-vous que Jésus a choisi 12 disciples proches? Pourquoi pensez-vous que certaines personnes voulaient être disciple de Jésus alors que d'autres ne l'ont pas fait? Pourquoi pensez-vous que Thomas ne pouvait pas croire en Jésus avant d'avoir vu de ses propres yeux? Quand as-tu été comme Thomas?

    Un monde de différence!

    Dans notre école du dimanche, nous supprimons 5 types de questions qui ne font rien pour créer une foi réfléchie pour les enfants. Vous pouvez faire de même avec le programme que vous utilisez. Voici les cinq questions pour éviter de poser des questions aux enfants.

    1. Questions de rappel de base - La première série de questions ci-dessus est un rappel de base. Certains pourraient soutenir que nous devons poser ces questions pour vérifier si les enfants ont obtenu les vérités ou les faits de base. Je dirais plutôt que le fait de poser des questions plus approfondies qui permettent aux enfants de comprendre permettra de savoir si les enfants ont obtenu les faits de base ou non. À mon avis, les questions de rappel de base sont une perte de temps et devraient être évitées comme la peste. Amenez les enfants plus profondément dans leur compréhension et vous nourrirez des découvertes transformatrices!

    2. Questions fermées - Les questions auxquelles on peut répondre avec une seule réponse sont fermées: oui, non, peut-être, bien, mal etc. Le but de poser des questions aux enfants est de créer un dialogue - pas de les tester! Une petite fille s'est sentie tellement troublée par des questions fermées que lorsqu'elle est rentrée à la maison, elle a dit à sa mère qu'elle avait passé un test à l'école du dimanche. Utilisez des questions ouvertes pour créer une conversation dynamique.

    3. Deviner les questions - Nous posons tellement de questions où les enfants ne font que deviner: «Qu'est-ce que Marie a ressenti quand Jésus est mort?» Comment le sauraient-ils? Ils ne font que deviner. "Pourquoi Judas a-t-il trahi Jésus?" Encore une fois - deviner. Il suffit d'ajouter «ce que vous pensez» à ces questions, car les enfants n'ont pas à deviner ce qu'ils pensent. Alors demandez: «Comment pensez-vous que Marie s'est sentie lorsque Jésus est mort sur la croix?» Ou «Pourquoi pensez-vous que Judas a trahi Jésus?» Encore mieux, demandez: «Pourquoi pensez-vous que Jésus n'a pas chassé Judas du groupe avant sa trahison?

    4. Questions de projection - Souvent, pour tenter de faire passer les enfants à la vie (ce qui est important), nous demandons aux enfants de projeter dans le futur: «Que feriez-vous si un ange vous apparaissait?» Ou «Que feriez-vous si quelqu'un remet en question votre foi en Jésus? »Encore une fois, ils pensent à l'avenir. Au lieu de cela, nous pouvons demander aux enfants de réfléchir à des options: «Que pourriez-vous faire si un ange vous apparaissait?» Ou «Que pourriez-vous faire si quelqu'un remettait en question votre foi en Jésus?» Un excellent suivi de cette dernière question serait "Selon vous, laquelle de ces options serait la plus difficile ou la plus facile à faire?" Un autre excellent antidote aux questions de projection consiste à demander aux enfants de raconter un moment où ils ont réellement vécu ce dont vous parlez: une fois, quelqu'un s'est moqué de vous pour être chrétien. »

    5. Questions non appropriées à l'âge - (je ne peux pas penser à un terme pour l'opposé de approprié à l'âge). C'est frustrant pour les enfants et les enseignants lorsque les questions dépassent leurs capacités ou leurs connaissances. Alors que je modifiais les trois niveaux d'âge plus jeunes de notre programme, j'étais excité de voir les questions devenir encore plus adaptées à l'âge puisque nous utiliserons ce programme dans ma classe de 2 ans cet automne. Plus de regards vides de mes petits!

    Voici pour vous de faire en sorte que les enfants de votre ministère développent une foi réfléchie qui leur donnera une base solide non seulement en ce qu'ils croient, mais aussi pourquoi ils croient!

    « Comment donner des réponses adaptées à l'âge aux questions sur DieuLa vraie différence entre l'enseignement et l'apprentissage des élèves »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter