• Rempli de puissance (version fr) ; Power filled (version ang)

    Comment parler du Saint-Esprit  

    Aider un enfant à recevoir le baptême dans le Saint-Esprit
    Quelques conseils utiles lorsque vous priez avec un enfant pour recevoir le baptême dans l’Esprit Saint.

    La source d’énergie de l’église
    Les juniors peuvent-ils recevoir le Saint-Esprit ? Pourquoi devraient-ils le recevoir ?




    La gloire et la merveille de la Pentecôte, c'est que Dieu le Saint-Esprit vient habiter en chaque croyant.
    Sa demeure apporte la puissance, le but, le confort, et des conseils pour la vie du croyant.

    Le dessein de Dieu est pour tout croyant d'être baptisé dans l'Esprit Saint. Il veut donner ce magnifique cadeau à chaque croyant, y compris les enfants. Selon Actes 02:39, la promesse de l'Esprit Saint est pour vous et vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, pour tous ceux que le Seigneur notre Dieu appellera. "

    Le baptême est pour tous les chrétiens. L'âge n'est pas un critère. Le salut est la seule condition requise. Les enfants apprennent et se développent à des rythmes différents. Si un enfant semble être sensible à l'Esprit Saint et désire recevoir le baptême, encouragez-le. Dieu voit le cœur d'un enfant, il sait quand le moment sera venu.

    Les enfants ont besoin du baptême dans le Saint-Esprit pour les mêmes raisons que les adultes ont besoin de l'expérience. Il est celui qui donne le pouvoir au témoin et le pouvoir de vaincre le péché. Il est Celui qui donne de l'amour, la joie et la paix qualités nécessaires dans un monde qui est incertain et stressant. Les enfants ne sont pas à l'abri du stress. Ils ont besoin de l'Esprit Saint.

    Le baptême dans le Saint-Esprit avec l'évidence du parler en langues selon que l'Esprit donne de s'exprimer (Actes 2:4; 10:44-46; 11:15,16; 19:06) peut être enseignée à l'aide de la Bible suivant avec les Numéros de carte: 213, 216, 229-232, 235, 241, 242, 266, 284, 285, 332-334, 339, 340, 406-415, 548-554, 557

    Enseigner aux enfants
    Enseignez à vos enfants ces vérités sur le baptême dans le Saint-Esprit.

    1. Le Saint-Esprit est Dieu, comme Jésus et Dieu le Père qui est Dieu. Il n'est pas un «il», une simple présence. Il est une personne et il est Dieu.

    2. Le Saint-Esprit veut vivre dans chaque chrétien, de sorte qu'il peut aider la personne à vivre une vie qui plaît à Dieu et être plein de joie. Le Saint-Esprit apporte la puissance pour vaincre le péché et à témoigner. Il apporte aussi l'amour, la joie et la paix qualités qui rendent la vie meilleure pour le chrétien.

    3. Le baptême dans l'Esprit Saint est seulement pour les chrétiens. Aidez vos enfants à comprendre que ce qu'ils doivent avoir accepté Jésus comme Sauveur. Ensuite, ils peuvent commencer à chercher à être rempli de l'Esprit Saint. Le Saint-Esprit est un don à la disposition de tous les chrétiens. Le salut est la seule exigence, il n'y a pas de formule secrète. Ils n'ont pas à gagner cette bénédiction. Ils ont juste besoin d'aimer Dieu et de demander.

      Les enfants ne sont pas aussi sceptiques que les adultes. Ils sont souvent désireux de plaire à Dieu et de chercher ce qu'il a. Ils peuvent en fait être plus ouverts et accepter le baptême dans l'Esprit Saint que les adultes.

    4. Une personne sait que le Saint-Esprit l'a baptisé de l'Esprit Saint quand il lui permet de s'exprimer dans une langue qu'il n'a pas appris. Parler en langues est donné à chaque croyant qui reçoit le Saint-Esprit comme le premier signe que l'Esprit Saint l'a en effet rempli.

      Parler en langues est loin d'être la seule ou complète la preuve que le Saint-Esprit est venu pour combler un chrétien. Un croyant qui permet à l'Esprit Saint de remplir de manière cohérente et de remplir quotidiennement sa vie va bientôt montrer une preuve du fruit de l'Esprit dans ses attitudes et les comportements.

    5. Le baptême dans l'Esprit Saint n'est pas effrayant, même si il est unique. L'idée de parler en langues ignorées quand l'Esprit Saint le remplit peut être difficile à comprendre pour un enfant . Aidez-le à se rendre compte que le Saint-Esprit aime les gens. Il ne va pas les forcer à faire quoi que ce soit, y compris à parler dans une langue qu'ils n'ont pas appris. Aidez les enfants à comprendre que s'ils veulent que le Saint-Esprit les remplissent, le Saint-Esprit leur donnera la langue inconnue comme il les remplit.

    6. Le baptême dans l'Esprit Saint est le début d'une relation continue. Il s'agit d'une étape vers une marche plus intime avec Jésus. Éviter la tendance à souligner l'expérience du baptême dans l'Esprit Saint sans souligner le caractère permanent de la vie remplie de l'Esprit. Aider les enfants à éviter le piège de chercher seulement à parler en langues. Le parler en langues n'est pas un signe que le chrétien est "apparu". C'est plutôt le signe du début d'une marche continue avec Dieu.

    7. Les dons de l'Esprit Saint sont pour aujourd'hui. Les dons de l'Esprit Saint peuvent être difficiles à comprendre. Comme les enfants voient les dons de l'Esprit en opération dans votre église, ils peuvent poser des questions. Soyez prêt à répondre.

      Souligner aux enfants que les dons du Saint-Esprit ne sont pas seulement les langues et l'interprétation. Ces dons sont spéciaux et utiles. Mais le Saint-Esprit a d'autres dons, tels que les dons de connaissance, le discernement des esprits, la guérison et d'autres cadeaux qui sont tout aussi précieux pour accomplir l'œuvre de Dieu.

      Aider également les enfants pour qu'ils se rendent compte que ceux qui sont utilisés dans les dons de l'Esprit ne sont pas des chrétiens extra-spéciaux. Ils sont tout prêts à être utilisés par Dieu pour aider son Église. Ceux qui sont utilisés dans les dons ne sont pas propriétaires ou contrôlent ces dons. Ils ont simplement obéi comme Dieu le Saint-Esprit leur donne le don. Soulignez que Dieu veut donner à chacun les dons chrétiens pour aider son église.

    Qu'est-ce qui vient après le baptême dans le Saint-Esprit?

    1. Célébrez quand un enfant reçoit le baptême dans l'Esprit Saint. Dites-le aux autres et encourager l'enfant à le dire aux autres aussi.

    2. Encouragez les enfants qui reçoivent le Saint-Esprit à prendre tous les jours le temps de laisser le Saint-Esprit prier à travers eux en langues. Ceci «édifie» ou construit chaque croyant. (Voir 1 Corinthiens 14:04).

    3. Rappelez aux enfants qu'ils peuvent s'attendre à voir le fruit de l'Esprit (se) développer davantage dans leur vie. Ils devraient demander à Dieu de les aider à développer ces traits de caractère.

    4. Encourager l'enfant rempli de l'Esprit à prêt à être utilisé par le Saint-Esprit en dons du ministère que le Saint-Esprit choisit et donne. (Voir Romains 12:6-8, 1 Corinthiens 12:7-11;. et Ephésiens 4:11,12) Soulignez le fait que le Saint-Esprit contrôle les cadeaux et offre la capacité. Ils ne sont pas acquises et ne sont pas fournis à des fins personnelles.

    Enseignement par l'exemple
    Les enfants apprennent mieux par l'exemple. Il est important d'enseigner à propos de l'Esprit Saint. Cependant, il est plus important que les enfants voient le Saint-Esprit à l'œuvre dans votre vie. Si vous n'avez pas reçu le baptême dans le Saint-Esprit avec son évidence du parler en langues, chercher Dieu pour ce baptême. C'est le désir de Dieu de donner son Saint-Esprit à chaque croyant. «Si donc vous, vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux donnera l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent!" (Luc 11:13).

    Voici trois clés de l'enseignement par exemple:

    1. Je dois être remplis de l'Esprit. Dans le monde des affaires, il est dit que la meilleure publicité est un client satisfait. Si vous êtes remplis de l'Esprit et de la marche dans l'Esprit dans votre vie quotidienne, vous êtes le «commercial» en qui les enfants verront l'opportunité d'être rempli de l'Esprit.

      Si vous n'êtes pas rempli de l'Esprit, vous pouvez toujours être un exemple quand vous cherchez Dieu pour cette bénédiction de sa part. Dieu veut que chaque croyant soit rempli de l'Esprit.

    2. Je dois modéliser la vie remplie de l'Esprit. Tant le fruit et les dons doivent être présents dans ma vie. Je peux exposer les fruits de l'amour, la joie, la patience, la douceur, etc dans ma classe. Je peux leur faire entendre mon adoration et ma louange à Dieu, à la fois en français et en langues. Je ne peux laisser voir une audace et d'enthousiasme pour Dieu dans mes actions. Les enfants cherchent des exemples. Je peux leur donner l'exemple d'une vie chrétienne remplie de l'Esprit.

    3. Je dois fournir des occasions. Comme l'Esprit conduit, je peux donner l'occasion pour les enfants de chercher et d'accepter le baptême dans le Saint-Esprit. Je peux aussi encourager les élèves à participer à d'autres événements de l'église où ils peuvent recevoir le baptême dans le Saint-Esprit: service de réveil, camps d'été de l'église, et les services de culte réguliers.

    Ressources pour obtenir des renseignements et de l'étude
    Fondations pour la foi: Leçon 9: Le baptême dans l'Esprit Saint
    Jeunes Route des explorateurs 66: Leçons sur la Bible Doctrine: Session 9: Notre compagnon de voyage / Le baptême dans l'Esprit Saint

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Le fondement

    Leçon 1 : Le Salut et le pardon de Dieu.

     Fruit_001 (675 Ko)

    Leçon 2 : La promesse de Jésus.

     Fruit_002 (861 Ko)

    Leçon 3 : Le Saint-Esprit, Une personne ou une force?

     Fruit_003 (646 Ko)

    Le Saint-Esprit, que fait-il?

    Leçon 4 : Il convainc de péché et nous transforme.

     Fruit_004 (517 Ko)

    Leçon 5 : Nous apporte force et puissance.

     Fruit_005 (860 Ko)

    Leçon 6 : Nous aide, nous enseigne et nous guide.

     Fruit_006 (706 Ko)

    Leçon 7 : Nous console, nous conseille et nous apporte la justice, la paix et la joie.

     Fruit_007 (1 027 Ko)

    Leçon 8 : Être rempli du Saint-Esprit. Le baptême du Saint-Esprit.

     Fruit_008 (504 Ko)

    Leçon 9 : Révision.

     Fruit_009 (432 Ko)

    Série « Le Fruit de l’Esprit » par Claudine Turcot

    Leçon 10 : Le cep, différence entre les fruits de la chair et ceux de l’Esprit

     Fruit_010

    Leçon 11 : L’amour (L’amitié)

    Fruit_011

    Leçon 12 : La joie

    Fruit_012

    Leçon 13 : La paix

    Fruit_013

    Leçon 14 : La patience (persévérance)

    Fruit_014

    Leçon 15 : La bonté (être aimable)

    Fruit_015

    Leçon 16 : La bienveillance (être généreux)

    Fruit_016

    Leçon 17 : La fidélité (être intègre)

    Fruit_017

    Leçon 18 : La douceur (être humble)

    Fruit_018

    Leçon 19 : La maîtrise de soi

    Fruit_019

    Leçon 20 : Révision (faire la Fête des Fruits)

    Fruit_020

     

    Partager via Gmail Pin It

    1 commentaire
  • L'armure de Dieu
    Ephésiens 6.10 à 20
     
    10 Pour finir: de plus en plus fort, vivez uni au Seigneur et gagnez la force de sa grande puissance. 11 Revêtez l'armure que Dieu vous donne, pour tenir ferme contre les ruses du diable.   12 Car nous ne luttons pas contre la chair et le sang, mais contre les puissances spirituelles mauvaises qui vivent dans les lieux élevés, à savoir, les gouvernements, les autorités et les puissances qui dominent ce monde plein d'obscurité.   13 C'est pourquoi maintenant saisissez l'armure que Dieu vous donne. Alors, quand viendra le jour pour faire face aux forces du mal, vous pourrez résister aux attaques de l'ennemi et, après avoir combattu jusqu'à la fin, vous vous tiendrez ferme, sans broncher.
    14 C'est pourquoi, soyez préparé. Utilisez la vérité comme une ceinture. Revêtez la cuirasse de la justice
     
    15 et, comme chaussures le zèle pour annoncer les bonnes nouvelles de la paix.
     
    16 Et ayez toujours la foi comme un bouclier, afin de vous protéger contre toutes les fléches en feu des méchants.
     
    17 Recevez le salut comme un casque et la parole de Dieu, comme l'épée de l'Esprit qui les donne.   18 Fais tout en priant Dieu et lui demandant son aide. Priez toujours, conduit par l'Esprit de Dieu. Restez vigilant. Ne vous découragez pas, et je prie toujours pour le peuple de Dieu.
     
     19 Et priez aussi pour moi, afin que Dieu me donne le message juste de sorte que quand je parle, je parle avec assurance et puisse faire connaître le secret de l'Évangile.   20 Je suis l'ambassadeur de l'évangile de service, mais je suis maintenant en prison. Ainsi, priez pour que je sois audacieux et puisse proclamer l'Évangile que je vous annonce.
     
    Pièces jointes
     
     
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Les enfants à l'église

    Steve Atkerson

    Lors d’une conférence sur les églises-maison en Virginie, avant que ne débute la période de discussion, j’ai murmuré à mon ami que j’étais certain que la première question serait « Que faisons-nous avec les enfants? » Et bien entendu, ce l’était. À mon avis, c’est la première question que se posent ceux qui envisagent l’église-maison. C’est une grande pierre d’achoppement et pourtant, ce ne devrait pas. Ce chapitre examinera trois choses : premièrement, les philosophies ou les points de vue différents qu’ont l’église institutionnelle et l’église-maison envers les enfants; deuxièmement, les problèmes concrets qui surviennent; et troisièmement, l’avantage pour les enfants de faire l’église à la maison.

    Dans un article que j’ai écrit, j’ai posé cette question : « Que faites-vous pour les enfants? » J’ai honte de dire que dans le brouillon de cet article, j’avais écrit : « Que faites-vous avec les enfants? » Inconsciemment, j’avais succombé à la philosophie ou au point de vue d’une grande partie de l’église institutionnelle : les enfants sont un problème, ils dérangent le très prestigieux « service » où des professionnels importants et payés, vêtus de robes ou en complet donnent d’éloquents sermons et où les saints auditeurs, sérieux et tranquilles, sont assis comme morts sur des bancs. De ce point de vue, la question devient : que faisons-nous des enfants pendant que nous faisons les choses très importantes du « service »?

    Ni Jésus, ni les apôtres ne se sont inquiétés au sujet de ce qu’ils feraient des enfants. Jamais Jésus n’a dit « Permettez que les petits enfants soient mis à l’écart à la garderie. » Pouvez-vous imaginer qu’on ait amené les enfants à l’Église des Enfants pendant le Sermon sur la Montagne?

    Les Écritures ne disent pas grand-chose sur ce qu’il faut faire avec les enfants lorsque les croyants s’assemblent. Mais je ne peux m’imaginer que les croyants de l’époque n’avaient pas d’enfant. J’imagine qu’on n’en a pas dit grand-chose parce que les premiers chrétiens n’ont pas fait de cas de cette question. Les églises étaient dans les maisons; les familles vivaient dans les maisons; les enfants se réunissaient avec l’église dans les maisons.

    Bien que les Écritures ne disent explicitement rien au sujet des enfants et des assemblées de croyants, il y a des indices. Par exemple, on mentionne explicitement que les enfants étaient présents lorsqu’on nourrit cinq mille personnes et aussi lorsqu’on en nourrit quatre mille (Mt 14:21, 14:38.). Lors d’un voyage missionnaire, « tous, avec leurs femmes et leurs enfants » ont accompagné les apôtres sur la plage pour prier à l’occasion de leur départ (Ac 21:5b). Finalement, lorsque la lettre de Paul a été lue aux Éphésiens, elle s’adressait directement aux enfants : « Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur » (Ep 6:1-2). Comment les enfants auraient-ils pu entendre l’exhortation lue dans l’église autrement que si les enfants étaient à la réunion d’église?

    Et en dépit du silence des Écritures au sujet des enfants, je peux garantir une chose : il n’y avait pas d’école du dimanche ou d’église pour enfants. Si l’école du dimanche est un complément si essentiel à la vie d’église, pourquoi la Bible n’en parle-t-elle pas? Le plan de construction de Dieu, la Bible, est complet dans les moindres détails. Quel chrétien nierait que la Bible est le plan parfait? Curieusement, il n’y a pas une seule mention de l’école du dimanche dans le plan de Dieu.

    À l’origine, l’école du dimanche n’enseignait pas des histoires bibliques et la morale chrétienne, mais elle a été mise sur pied au dix-neuvième siècle en Angleterre pour donner aux enfants pauvres des moulins et des mines la chance d’apprendre à lire et à écrire. Qui avait premièrement la responsabilité d’éduquer les enfants avant l’apparition de l’école du dimanche? La famille. Je crois que c’est l’avis de la plupart des églises-maison que la famille a toujours la responsabilité première d’instruire et de former des enfants chrétiens. C’est sûrement la raison pour laquelle la plupart des églises-maison (tout comme l’église biblique du Nouveau Testament) n’ont pas d’école du dimanche. Et cela est véritablement un obstacle pour les chrétiens qui envisagent de quitter l’église institutionnelle pour l’église-maison. C’est incroyable le nombre de chrétiens qui s’inquiètent au sujet du bien-être spirituel de leurs enfants au point de s’empoisonner à mort de la religiosité corrompue des églises institutionnelles, pourvu que celles-ci aient un bon programme pour les jeunes. Je suis convaincu que les églises institutionnelles savent cela et qu’elles en profitent en offrant une foule de « ministères pour les jeunes » afin que leurs « payeurs de dîme » ne partent pas. (Bien sûr, je suis conscient qu’il y a d’autres motivations sincères derrière cela aussi.)

    Bien que ce soit d’abord le rôle de la famille d’élever les enfants dans le Seigneur, cela ne veut pas dire que l’église-maison ne se préoccupe pas de leur bien-être. Bien au contraire. Si les enfants pensent que l’église de leur parent est une corvée, ils penseront que Jésus est une corvée aussi. Nous devons donc discuter de moyens concrets pour que l’église-maison soit un lieu où les enfants se sentent intégrés.

    Lorsqu’on parle de moyens concrets pour intégrer les enfants dans la vie de l’église-maison, on doit comprendre dès le début que si les parents gardent le point de vue traditionnel de l’église institutionnelle dans l’église-maison, cela n’ira pas bien pour les enfants. L’église institutionnelle a la mentalité de la ségrégation juvénile : amenez-les dans les locaux de l’école du dimanche, afin que tout soit Saint et Calme. Bien sûr, cela n’est pas biblique. À votre avis, à quel point les enfants étaient-ils calmes durant le Sermon sur la Montagne? L’église institutionnelle est stricte en ce qui concerne « l’ordre du service » et les enfants, si spontanés et imprévisibles qu’ils sont, ne peuvent jamais s’adapter à ce cadre rigide. Alors la première chose à faire dans l’église-maison est de relaxer – il y aura plus de bruit et d’interruptions dans l’église-maison. Les gens qui ont des enfants doivent cesser de se sentir coupables et les gens sans enfant doivent démontrer plus de tolérance qu’ils n’auraient eu à le faire dans une église institutionnelle.

    La deuxième chose à faire est de développer des relations plus rapprochées entre les adultes et entre tous les adultes et tous les enfants. Ce rapprochement est possible dans l’église-maison d’une façon qui est impossible dans l’église organisée. Des relations proches permettent que lorsque le petit Brian est sur le point de tirer la chasse d’eau et d’y mettre un pétard, un adulte qui n’est pas l’un des parents de Brian peut fermement lui dire d’éteindre la mèche, sans craindre que le petit Brian ou sa mère ne s’en offensent.

    La troisième chose à faire est de trouver des moyens créatifs et réalisables pour faire participer les jeunes à la réunion avec les adultes. D’où vient cette idée que la réunion (ou l’église) appartient exclusivement aux adultes? Je connais une église-maison où les enfants sont particulièrement doués pour la musique. Les jeunes jouent de la guitare, du violon ou de la flute et se sentent à l’aise pour conduire un chant ou la musique. D’autres églises-maison encouragent les jeunes à partager un témoignage, à réciter un passage des Écritures ou à dire une requête de prière. À l’occasion d’une réunion, mon église-maison a permis aux adolescents de conduire la réunion dans les Écritures et la musique. La réunion a été totalement différente – ça faisait de la variété et ça a aidé les jeunes à s’intégrer. Lors d’une autre réunion de mon église-maison, une des sœurs a donné des « leçons d’école du dimanche » aux jeunes enfants en présence des adultes. Les adultes ont été contraints d’adopter le point de vue des jeunes enfants (quelque chose que tous les adultes devraient faire de temps à autre) et les enfants ont pu avoir du plaisir avec leurs parents tout en apprenant la leçon spirituelle enseignée.

    La quatrième chose que je suggère est de ne pas être trop strict quant à la « théologie d’église-maison ». Bien sûr, on ne croit pas dans l’école du dimanche, mais ce n’est pas la fin du monde si quelqu’un apporte quelque chose de spécial pour les enfants ou s’il les prend parfois à part. Et nous ne croyons pas qu’il faut occuper les enfants afin de ne pas les avoir dans les parages, mais il n’y a rien de mal à leur montrer un vidéo de temps à autre (et même si, ô sacrilège, le vidéo n’est pas spirituel car c’est un dessin animé Bugs Bunny).

    Une cinquième suggestion pratique que m’a donnée quelqu’un d’une église-maison est d’annoncer à chaque réunion les règles de la maison afin que les parents et les enfants ne fassent rien de mal par mégarde (par exemple, « ne pas manger dans le salon »).

    Une sixième suggestion pratique est de tolérer les jeunes enfants agités autant que possible. S’ils deviennent trop bruyants, assurez-vous que les parents comprennent que le bébé devrait être amené à l’écart jusqu’à ce qu’il se calme. Si un parent ne fait pas cela, on devrait l’avertir. Rappelez-vous que les relations sont importantes.

    Une septième et dernière suggestion pratique est de ne jamais laisser la réunion devenir ennuyeuse – ni pour les enfants, ni pour les adultes. Si la réunion est sans vie et trop longue pour les adultes, imaginez ce que c’est pour les enfants! Leur durée d’attention est probablement la moitié de la nôtre. Nous devons constamment nous mettre à la place de nos frères et sœurs – et les enfants sont, dans le corps de Christ, nos frères et sœurs. Ayons donc à cœur leur intérêt dans l’amour.

    Nous terminons ces réflexions au sujet des enfants et de l’église-maison en présentant les avantages évidents de l’église-maison pour les jeunes. Nous ne devrions pas considérer les enfants comme un obstacle à ce que des gens viennent à l’église-maison. Nous devrions regarder aux avantages de l’église-maison pour les enfants et souligner ces avantages à ceux qui envisagent l’église-maison.

    Un grand avantage de l’église-maison est que les jeunes peuvent voir leurs parents entretenir des relations d’amour et de soutien les uns avec les autres. Ils voient leurs parents ouvrir leurs cœurs à Dieu d’une façon réelle, personnelle, non religieuse et sincère.

    Un autre grand avantage est que les enfants n’ont pas un statut de deuxième classe dans l’église : ils ne sont pas enfermés, loin de notre vue et de nos pensées dans la garderie, l’école du dimanche ou à un ministère pour les jeunes.

    À mon avis, l’un des plus grands avantages est que des relations intimes se développent entre les adultes et les enfants des autres adultes. Dans mon église-maison, je prie constamment pour les enfants qui s’y trouvent. Il y a seulement six couples dans l’église et seulement quatorze enfants. C’est très facile de savoir ce que les jeunes vivent et facile alors de prier pour eux individuellement, chaque jour, par leur nom. Je me permets de vous dire que cela n’arrive pas très souvent dans les grandes églises.

    CONCLUSION
    Je conclus par une parodie brillante écrite par Doug Phillips de Vision Forum au sujet du programme pour les jeunes de son église. Bien que ça ne décrive pas une église-maison, ses remarques sont tout de même très pertinentes :

    « J’ai le privilège de m’assembler dans une église petite et axée sur la famille. Quand on me questionne au sujet des différents programmes de l’église, j’explique que nous sommes bénis avec plus d’une trentaine d’organisations différentes auxquelles nos membres appartiennent – elles s’appellent des familles. Je leur explique ensuite que nous avons plus de soixante responsables pour les jeunes – ils s’appellent des parents. En fait, nous avons un tel horaire rempli d’événements que nous avons une activité obligatoire chaque jour de la semaine – ça s’appelle le culte familial […]

    Avec de telles responsabilités sur leurs épaules, nos responsables pour les jeunes doivent vraiment s’y mettre […] Ils doivent étudier la Parole de Dieu plus qu’ils ne l’ont jamais fait auparavant afin de pouvoir diriger leur organisation avec sagesse. Ils doivent être créatifs afin de résoudre les divers problèmes de leurs groupes d’intérêt particulier. Ils doivent apprendre à être patients. Ils doivent apprendre à aimer. Ils doivent même apprendre à réorganiser les priorités de leurs vies.

    Cette dernière partie est cruciale. Nos responsables de jeunes auront du succès seulement s’ils réorganisent leurs priorités et s’ils forment leur organisation correctement. Ils le savent. Ils savent aussi qu’il y a un prix à payer. Mais la plupart d’entre eux sont prêts à payer le prix, car ils ont décidé que l’activité la plus importante de leur vie est d’être pasteur de jeunesse et de diriger une organisation spéciale qui s’appelle une famille chrétienne.

    Voici ce qu’on découvre : plus nous nous dévouons à diriger fidèlement notre mini-congrégation, plus grande est la bénédiction. Par ailleurs, plus on étudie ce que la Parole de Dieu dit au sujet de ces petites congrégations, plus on voit à quel point le plan de Dieu est merveilleux et génial : équiper l’Église et changer la culture à l’aide de ces organisations souvent oubliées, déformées et mal-aimées appelées les familles chrétiennes. »1

    — Dan Walker
    04/25/07

    NOTES
    1 Douglas W. Phillips, “Our Church Youth Group” (San Antonio, TX: Vision Forum Ministries, 2002) www.visionforumministries.org/issues/uniting_church_and_family
    /our_church_youth_group.aspx.

    QUESTIONS À DISCUTER

    1. Pourquoi est-ce si difficile d’imaginer que les enfants ont été mis à part dans une église pour enfants, version premier siècle, lors du Sermon sur la Montagne?
    2. Dans la Bible, quels sont les exemples où des enfants sont présents lors de rassemblements religieux?
    3. Quelle est l’origine de l’école du dimanche?
    4. Qui avait premièrement la responsabilité d’éduquer les enfants avant l’apparition des écoles du dimanche?
    5. Qui est responsable de l’éducation religieuse de l’enfant? L’église ou ses parents? Expliquez.
    6. Qui sont les vrais responsables de jeunesse dans les églises?
    7. Pourquoi plusieurs parents ne veulent-ils pas avoir leurs enfants avec eux à l’église ou lors d’une étude biblique?
    8. Pourquoi plusieurs parents insistent-ils pour que leurs enfants restent avec eux à l’église ou lors d’une étude biblique, plutôt que de les envoyer à l’école du dimanche ou avec le groupe jeunesse?
    9. Quel rôle peuvent avoir les enfants et adolescents lors des réunions interactives selon 1 Corinthiens 14?
    10. Dans le monde antique, le taux de mortalité infantile était incroyablement élevé. Certains défendent que les plus grandes familles d’aujourd’hui justifient l’utilisation de lieux qui peuvent contenir plus de gens que dans une maison privée (en raison du plus grand nombre d’enfants). Êtes-vous d’accord? Pourquoi?
    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique