• L'ami qui a pardonné

    Pierre et Jean étaient les meilleurs amis.
     Ils s'étaient connus depuis tout petit, et jouaient tous les deux. Quand est venu le temps d'aller à l'école,
    les deux y allaient ensemble.
     
     

    Ils ont étudié à l'école, dans la même classe, et s’asseyaient l'un à côté de l'autre pendant les heures de classe. Le temps a passé. Les garçons ont grandi et étaient toujours les meilleurs des amis. Maintenant, ils ont 10 ans et ont joué ensemble au basket, au cerf-volant, à la bicyclette.
     
     

    Une fois, c'était le temps des vacances scolaires, les deux amis ont décidé d'aller à la plage pour y jouer. Ils ont fait un beau château de sable, creusé des trous, joué à la balle. Alors Pierre a suggéré à Joey: - «On continue à jouer ?!
    - «Oh, non! a répondu Jean . - «Allons nager, il fait chaud! - «Je veux ramasser des coquillages, je ne veux pas toujours faire ce que tu veux Jean! - Non, Pierre, je ne vais pas ramasser des coquillages. Je vais nager! "
    Et les deux ont commencé à se disputer.
     
     

    La dispute a augmenté jusqu'à ce que Pierre, très en colère, a porté un coup au visage de Jean. Jamais il n'avait laissé sans défense, ni attaqué son ami! Il était très triste de ce qui était arrivé.
     
     

    Au lieu de cela, il a commencé à agir étrangement. Il a pris un morceau de bois et commença à écrire quelques mots dans le sable. Pierre se repentit de ce qu'il avait fait, il  est venu à côté pour voir ce que Jean avait écrit dans le sable. Quand il ne pouvait voir, de loin, Pierre lut la phrase suivante: «Aujourd'hui mon meilleur ami m'a frappé» Pierre avait tort pour ce qu'il avait fait. Il s'approcha et parla à son ami: - "Jean, je suis désolé pour ce que j'ai fait. Je suis vraiment désolé. Nous allons aller nager? Et les deux ont nagé. Ils ont  beaucoup joué dans l'eau de mer. Pierre savait très bien nager. Jean au contraire, ne savait pas nager. Il s'amusait seulement avec des jeux d'eau.

     

    Et les deux ont joué quelques bons moments. Seulement, ils ne savaient pas qu'ils s'étaient de plus en plus éloignés de la plage et allaient vers le large. Jean soudain ne sentit plus le fond, il n'avait plus pied et une vague forte est venue et il a commencé à avaler beaucoup d'eau. 'Au secours ! a crié Jean. Au secours! Pierre se rendit compte que son ami était en train de se noyer, il a rapidement nagé jusqu'à lui, l'a attrapé dans ses bras, et se mit à nager vers le rivage, tirant son ami, qui était épuisé.
    Quand ils ont atteint le rivage, après l'accident, les deux amis sont restés couchés un certain temps, l'un à côté de l'autre, regardant le ciel, sans rien dire!
     
     

    Puis Jean s'est levé et a ramassé une pierre, puis il a couru jusqu'à un gros rocher qui se trouvait là. Et dans un grand effort, il a écrit sur ​​la roche avec la pierre qui se trouvait dans ses mains. Pierre se rapprocha et regarda son ami, comme il écrivait dans la roche. Une fois qu'il eut terminé d'écrire, Pierre a pu lire les mots suivants: «Aujourd'hui mon meilleur ami m'a sauvé la vie! Pierre, heureux et confus en même temps a demandé: - «Jean, je ne comprenais pas ce que tu faisais. Lorsque je t'ai donné un coup de poing, tu as écrit dans le sable. Maintenant que je t'ai sauvé, tu as écrit dans la roche. Pourquoi?

    Jean a répondu - "Pierre, les mauvaises choses qui arrivent dans la vie, il faut écrire dans le sable parce que le vent de sable et l'eau peuvent les effacer. Ensuite, nous les oublions. Mais quand les bonnes choses arrivent dans nos vies, nous devons écrire dans la roche, où le vent et l'eau ne peuvent les éteindre. Les souvenirs des bonnes choses doivent rester à jamais dans nos pensées. Mais les mauvaises choses doivent être oubliées.
     
     

    Pierre a compris la leçon, et à partir de ce jour-là leur amitié a été renforcée!
     
    «L'ami aime en tout temps, et un frère est né dans l'angoisse!"
    Proverbes 17:17
    « Histoires d'oursTheatre d'ombres pour Noel »
    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter