• 5 façons de faire en sorte que les familles en visite se sentent les bienvenues

    5 façons pour faire en sorte que les familles en visite se sentent les bienvenues

     

    Nous voulons tous que les familles en visite se sentent les bienvenues dans nos églises et ministères. Mais cela ne va pas arriver tout seul, cela demandera un effort de notre part.

    Voici quelques façons de s’assurer qu’elles sont bien accueillies:

    1. Signalisation

    L'accueil des nouvelles familles commence avant même qu'elles franchissent les portes. La signalisation, qui commence dans le parking, est essentielle. De nombreux visiteurs pour la première fois préfèrent ne pas demander pas où les choses étaient, alors un bon test de la signalisation est de savoir si quelqu'un pourrait trouver toutes les zones réservées aux enfants sans parler à personne. Des instructions claires au ministère des enfants devraient être disponibles non seulement depuis le parking, mais également dans les zones suivantes:

    • le hall principal de l'église
    • autres domaines principaux du ministère autres que ceux de l'enfance (tels que les domaines principaux de «communauté», les zones de cours pour adultes, etc.)
    • toute voie de passage menant aux zones de ministère des enfants
    • dans les zones du ministère des enfants

    2. Sourires

    Les sourires aident beaucoup les familles à se sentir à l'aise. L’apparence sur votre visage peut indiquer que vous voulez qu’ils soient là - ou pas. Le sourire devrait être une valeur pour l’ensemble du ministère que vous formez avec votre équipe.

    3. Information

    Quand je vais dans un nouvel endroit - que ce soit une église ou ailleurs - je veux avoir quelque chose que je puisse prendre et lire avant de parler à quelqu'un. La plupart des introvertis le feraient. Vous devez donc disposer de dépliants et de brochures facilement accessibles - les voies d’entrée du ministère des enfants, le hall principal de l’église ou tout autre lieu de type informationnel ou de salutation.

    Mon épouse, contrairement à moi, préférerait engager une conversation lorsque nous arrivons dans un lieu neuf. Donc, en plus des informations écrites, assurez-vous qu'il y a des personnes aimables et bien informées sur le ministère des enfants. Assurez-vous qu'elles sourient et sont proactives en se mettant à la disposition des familles. Et, comme je l'ai dit, assurez-vous qu'elles soient bien informées. Rien de plus frustrant lorsque vous visitez une église que de parler à quelqu'un qui devrait connaître des informations simples, mais qui ne le sait pas. Dans la plupart des églises où j'étais pasteur des enfants, je devais être proactif dans la formation des huissiers et des accueillants de «l'église principale». Assurez-vous qu'ils sachent où envoyer les familles et, mieux encore, qu'ils disposent des outils (dépliants, brochures et / ou cartes des lieux, par exemple) qu'ils peuvent donner aux nouvelles familles.

    4. Systèmes simples

    Une fois, j’ai invité ma sœur à devenir une « inspecteur incognito » du ministère de mes enfants. Sa famille était parfaite car ils avaient 5 enfants âgés de 2 à 10 ans (ils ont donc été répartis dans plusieurs classes). Son aîné est un garçon autiste de haut niveau, et 3 d'entre eux ont été adoptés (1 de Chine et 2 d'Ouganda). L'un des commentaires les plus significatifs qu'elle a donnés est que nos systèmes d'enregistrement dans les systèmes d'enregistrement n'étaient pas très faciles ni rapides. Nous avons rapidement apporté des modifications plus accueillantes pour les nouvelles familles (et les groupes de familles existants!).

    À quel point vos systèmes d'enregistrement et de départ sont-ils accueillants? Comment votre système de communication permet-il aux nouvelles familles de comprendre qu’elles peuvent être facilement contactées pendant le service si quelque chose ne va pas avec leurs enfants? Qu'en est-il du processus initial d'enregistrement des nouveaux enfants - est-ce simple et rapide? Existe-t-il une inscription «de base» pour les nouvelles familles, avec une version plus détaillée lorsqu'elles décident de s'engager en tant que participants / membres réguliers? Poser ces questions et des questions similaires - et utiliser des systèmes simples - peut aider à créer un processus plus accueillant pour les nouvelles familles.

    5. Suivi

    Comment faites-vous un suivi auprès des familles en visite? À mon avis, le suivi auprès des familles invitées devrait être:

    • Rapide - assurez-vous que cela se passe la semaine après leur présence
    • Informatif - assurez-vous qu'il partage la vision du ministère de vos enfants et assurez-vous qu'elles disposent de moyens clairs pour obtenir des réponses à leurs questions
    • Accueillant sans être envahissant - faites-leur savoir que vous avez aimé l'avoir, mais ne présumez pas leur futur engagement
    • Plus d'un contact - les enfants doivent être accueillis au même titre que les parents et plusieurs contacts doivent être établis au fil du temps

    Exemple: Ce que j'ai trouvé très efficace a été de créer une carte postale pour les enfants (d'âge préscolaire et primaire) alignée graphiquement sur le thème visuel du ministère de nos enfants. Il y avait un message de bienvenue adapté aux enfants et un espace pour une note personnelle de ma part. Chaque lundi, j'écrivais une courte note personnelle à l'enfant (en mentionnant son nom) et l'invitais à revenir bientôt - avec sa carte - pour recevoir son cadeau spécial (nous avions des petits animaux en peluche avec nos logos - les amener ici ).La carte comportait une note «PS» adressée aux parents et comprenait mon numéro de téléphone personnel (ligne directe à l'église ou un téléphone portable) et un courrier électronique. Pour les familles avec crèche, créez une carte directement aux parents.

    Beaucoup, beaucoup d'enfants ont apporté les cartes pour récupérer leur animal en peluche - et j'ai essayé de toujours les saluer personnellement - et, bien sûr, les parents ont apprécié l'accent mis sur les enfants, mais se sont sentis accueillis également. Si les familles ne se présentent pas la semaine prochaine, passez des appels téléphoniques dans un deuxième temps dans le processus de suivi.

    Comment avez-vous fait en sorte que les familles en visite se sentent les bienvenues?

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Préparer la rencontre

    1) Sachant les musulmans très sensibles au "qu'en dira-t-on", éviter de se réunir dans le quartier même.

    2) Inviter les enfants dans un endroit neutre si possible (plus difficile dans une église).

    3) Informer clairement les parents par voie d'affichage (cages d'escalier, panneaux des associations, ...) afin de prévenir l'événement.

     

    Préparer le contenu

    4) Eviter de commencer par des histoires du Nouveau Testament, mais plutôt par l'Ancien Testament qui contient des points communs avec le Coran.

    5) Eviter de laisser la littérature entre les mains des enfants, mais faire plutôt en sorte que les enfants apprennent un verset par coeur.

    6) Eviter de faire un appel qui obligera l'enfant à se manifester devant tous.

    7) Favoriser que ce soit un homme qui enseigne la Bible, les femmes pouvant s'occuper d'autres activités.

     

    D'après un article de Mena

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Comment faire de l'accueil des enfants et de leurs parents une occasion de développer une relation de confiance et créer un esprit de corps au sein de la communauté de l'église ?

    Qu'est-ce qui se joue d'important dans l'accueil des enfants et des familles ?
    Les enfants ont besoin d'être reconnus, accueillis, sécurisés, pris en compte même si l'enseignant(e) peut différer la réponse à une demande. Ils doivent découvrir que l'accueil est un temps positif. Celui-ci doit donc être privilégié. L'enfant peut s'y confier, faire un câlin…
    La relation de confiance entre les personnes (parents, enfants, enseignant, aide moniteur…) permet de créer un esprit de corps au sein de la communauté. La cohérence se joue là, entre le dire et le faire.


    Sommaire

    1) La mise en œuvre de l’accueil
    2) Gestion du temps d’accueil
    3) Proposition d’activité
    4) Situation particulière



    Rappel des textes officiels :
    Pour la bonne organisation, les maîtres doivent être à leur poste quinze minutes avant l'horaire des classes.
    La circulaire du 18 septembre 1997 relative à la surveillance et à la sécurité des élèves dans les écoles maternelles et élémentaires publiques précise en ce qui concerne cette surveillance et l'accueil des élèves :
    - " L'obligation de surveillance doit être exercée de manière effective et vigilante pendant la totalité du temps scolaire c'est-à-dire pendant toute la durée au cours de laquelle l'élève est confié à l'institution scolaire ". Le service de surveillance commence dès que les enfants ont franchi le portail de l'école.
    - " L'accueil des élèves : il a lieu dix minutes avant le début de la classe. La sortie s'effectue sous la surveillance du maître jusqu'à ce que les élèves soient confiés aux familles ou à un service (cantine, garderie, études…) "

    1) La mise en œuvre de l’accueil
    Attitude de l'enseignant(e):
    - Etre disponible,
    - Etre à l'écoute,
    - Observer,
    - Entrer en communication : accueillir l'enfant par son prénom pour un bonjour personnalisé,
    - Penser que le temps d'accueil peut devenir le temps des enfants, c'est-à-dire, fait à leur initiative (accueil mutuel).

    A-t-on pensé à créer les conditions pour être disponible ? c'est-à-dire :
    - Avoir réglé la gestion et la préparation de la classe,
    - Avoir réglé les tâches matérielles,
    - Avoir bien clarifié le rôle et les tâches de l'aide moniteur éventuel,

    2) Gestion du temps d’accueil
    - Adapter l'accueil aux besoins des enfants,
    - Penser et poser un cadre : lieu, durée, rôle des uns et des autres,
    - Communiquer ce cadre (réunions de classe, supports écrits) aux partenaires (aide moniteur, parents, collègues, personnel de l'accueil,...),
    - Penser à accueillir ceux (parents ou enfants) qui sont différents ou qui pourraient rester à l'écart,
    - Accueillir l'aide moniteur (si il/elle arrive plus tard),
    - Veiller à être garant du temps,
    - Se poser la question d'une durée institutionnalisée pour l'accueil des enfants.
    Si les enfants peuvent investir librement des espaces (ateliers divers, coins jeux, jeux moteurs), il faut laisser un temps suffisant pendant lequel se déroule cet accueil. On peut donc prolonger ce moment, au delà du temps " légal " d'accueil pour permettre aux enfants d'aller au bout de leurs activités (rangement compris). Attention à ne pas transformer la classe en garderie.
    S'il n'est pas fait de propositions de ce type, un temps d'accueil plus court doit cependant être prévu, pour faire exister ce moment où chaque personne est reconnue.
    - Quelle évolution du dispositif dans le temps ? (sur l'année)
    - Quels moyens pour gérer avec sérénité ces temps d'accueil avec les parents (médiateur sonore pour indiquer le moment du départ des parents, humour pour se séparer des parents (ex : " On va raccompagner maman ! ", " Je vais te faire coucou à la porte ! ") ?

    Points de vigilance
    Qu'est-ce que l'on tolère ou pas lors de la présence des parents ?
    - Durée de présence dans une classe de PS : elle est liée à la qualité de ce qui est vécu, et ne doit pas dépasser d'1/4 d'heure après l'heure officielle de rentrée.
    - Activités possibles de l'enfant avec des parents : ces derniers sont présents pour accompagner les enfants ou jouer avec eux.
    - Ce n'est pas l'heure de discuter des problèmes concernant leur(s) enfant(s) (proposer un entretien individuel).
    - Ce n'est pas le moment pour des conversations entre parents ou avec l'aide moniteur.

    3) Proposition d’activité
    --> Utiliser le prénom de l'enfant pour un bonjour personnalisé.
    --> Penser que le temps d'accueil peut devenir le temps des enfants, c'est -à -dire, fait à leur initiative (accueil mutuel).
    --> Dans la cour : mettre des jeux à disposition.
    --> Dans la classe :
    - Ouvrir les espaces autonomes et penser à les renouveler au cours de l'année,
    - Ouvrir les espaces " jeux d'imitation ", " activités créatives " (peinture, découpage, graphisme, collage, décoration),
    - Ouvrir l'espace scientifique : prendre le temps de regarder les élevages, les plantes, …
    - Ouvrir l'espace technologique : Lego, Kapla, mètres, tournevis, marteau, perforeuse, agrafeuse adaptée, scotch avec dévidoir…
    - Rendre accessible l'espace musée : boîtes aux trésors, collections, l'album de l'année,…
    - Préparer la collation collective,
    - Proposer d'assumer des responsabilités :
    . présentation du goûter,
    . tableau de présence,
    . soins aux plantes et aux animaux,...

    Points de vigilance :
    - Accepter qu'un enfant se sécurise en faisant toujours la même activité.
    - Accepter qu'un enfant fasse toujours les activités dans le même ordre.
    - Accepter qu'un enfant se mette en retrait du groupe.
    - Laisser les enfants qui le souhaitent observer.
    - En profiter pour être plus présent aux tout-petits ou aux enfants ayant des besoins particuliers.

    4) Situation particulière
    Comment accueillir ceux qui viennent de la garderie ?
    - Leur signifier, en quelques mots qu'on est au courant de leur arrivée matinale, leur permettre de s'exprimer sur ce temps de garderie (" qu'as-tu fait ? " " avec qui es-tu venu à l'école ce matin ") ?
    - Se montrer attentif à leurs besoins physiologiques (passage aux toilettes, collation si nécessaire) puisqu'ils ont déjà vécu 1/2h ou 1 heure de vie collective.

    Comment accueillir ceux qui ne parlent pas notre langue ?
    Face à une société qui demande aux individus de plus en plus de mobilité, les équipes enseignantes sont amenées à accueillir dans leurs écoles de nombreux enfants non francophones ou dits primo-arrivants.

    - Ménager les transitions : tutorat, présence d'un parent ou d'un frère ou sœur dans la classe, présenter le système éducatif mis en place pour les familles et l'organisation de l'école du dimanche pour les enfants qui ont déjà suivi une scolarité dans leur pays d'origine ?
    - Introduire dans le coin bibliothèque des livres écrits dans différentes langues, des histoires bibliques ou documentaires de différents pays,
    - Utiliser la musique comme vecteur d'autres cultures,
    - Solliciter et inviter les parents. Selon le projet toute la classe peut vivre, ponctuellement, dans une atmosphère visuelle, auditive, olfactive d'un pays et déguster des plats typiques.
     
    Comment accueillir le nouveau ?
    - Prévoir porte-manteau, casier, cahier, matériel de base,...

    Comment accueillir l'enfant porteur de handicap, l'enfant malade ?
    Cet accueil concerne toute la communauté éducative :
    - Rédiger un projet personnalisé de scolarisation liant l'équipe, et la direction de l'école du dimanche. Ceci sera montré et expliqué à la famille ;
    - Prévenir la classe de l'arrivée de l'enfant handicapé. Lorsqu'il est là, parler simplement de son handicap.
    - Etre attentif à ne pas le marginaliser ou à l'opposer, à ne pas le surprotéger.
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Établir une bonne communication avec un enfantLa clé d’une communication efficace entre un enfant et vous, c’est de vous écouter l’un et l’autre. Cela peut paraître simple à première vue, mais en fait, il faut beaucoup d’énergie pour prêter attention à ce que quelqu’un est en train d’essayer de dire.

     

     

     

    Voici quelques conseils :

    • Trouvez du temps pour vous parler en tête à tête : n’essayez pas de communiquer au milieu du brouhaha du groupe. Choisissez un moment et un lieu où vous pourrez parler sans être dérangés.
    • N’interrompez pas l'enfant pendant qu’il parle. Mieux vous l’écouterez, plus vous réagirez efficacement.
    • Vérifiez avec lui que vous comprenez ce qu’il essaie d’exprimer. Demandez-lui, par exemple : « Je pense que tu m’as dit ça et ça. C’est bien ce que tu voulais dire? » ou « Je ne sais plus quoi penser, parce que tu affirmes que tu es content, mais tu as l’air triste! »
    • Gardez à l’esprit que, même si vous faites tout cela, l'enfant ne voudra pas nécessairement beaucoup parler. Faire pression sur lui pour l’amener à se confier n’aboutira généralement qu’à le faire rentrer encore plus dans sa coquille. Il est plus utile que vous abordiez avec lui des sujets qui, selon vous, l’intéresseront.
    • Faites quelque chose d’agréable ensemble et prenez plaisir à être proches l’un de l’autre; cela créera un sentiment agréable, qui vous détendra et qui favorisera la discussion. Par exemple, de nombreux parents constatent que le simple fait de se retrouver en voiture seul avec leur enfant ouvre magiquement la porte de la communication.
    La clé pour déverrouiller la situation, c’est parfois d’attendre que le petit prenne l’initiative de la discussion. Quand cela se produit, soyez prêt, si possible, à tout laisser tomber pour saisir l’occasion d’écouter ce qu’il a à dire.

     

    Naitre et grandir.com

    Révision scientifique : Liane Comeau, Ph. D., consultante scientifique en petite enfance
    Traduction et adaptation : Équipe Naître et grandir
    Mise à jour : Novembre 2013

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique